Vous êtes programmée pour être imparfaite.

Oui vous avez bien lu vous êtes programmée pour être imparfaite alors acceptez-le rapidement et tout se passera mieux.

Comme tout être humain, vous merdez souvent.

C'est à dire que vous ne faites pas toujours les bons choix pour vous.

C'est cet état de fait qu'il vous faut accepter, au plus vite.

Accepter cette idée va vous mettre dans le bon état d'esprit pour combattre votre procrastination.

De la même manière que vous savez que fumer tue. 

Que manger trop gras et trop sucré est néfaste à long terme pour votre organisme. 

Que regarder votre téléphone avant de dormir nuit à votre endormissement. 

Que bouger tous les jours permet de rester en meilleure santé.

Vous n'appliquez pas forcément ces principes de vie à la lettre. 

Si c'est votre cas, comme la liste n'est pas exhaustive vous avez tout le loisir de rajouter des exemples manquants dans lesquels vous n'êtes pas irréprochables.

Ce n'est en rien une attaque, une critique ou un jugement de ma part.

C'est juste pour vous montrer que nous, les êtres humains, nous savons ce qui est bon ou non pour nous, mais que pour nous n'appliquons toujours pas ces règles élémentaires.

Vous, par exemple, vous savez que ne pas changer cette habitude ou cet état d'esprit ne vous aide pas à vous sentir bien mais vous le faites quand même.

Vous refaites les mêmes erreurs, encore et encore.

Ce n'est pas parce que vous êtes une personne moins bien qu'une autre.

Non c'est parce que vous êtes humain.

Les êtres humains sont programmés pour aimer les plaisirs immédiats et pour choisir la gratification immédiate si le choix se présente à eux.

Quand vous repoussez encore et encore une tâche, un projet, un voyage ou une résolution c'est parce que la perspective d'une récompense là, tout de suite, maintenant l'emporte sur l'idée moins amusante que vous aurez votre récompense, plus tard, après avoir changer.

Vous savez que le changement n'est pas une chose qui arrive par un claquement de doigt.

Vous savez que se sera long et difficile donc vous repoussez et vous préférez le plaisir que vous provoque cette cigarette ou ce carré de chocolat. 

L'être humain recherche par dessus tout le plaisir et veut ressentir le plus souvent possible des émotions positives. C'est dans sa nature. Il est programmé pour penser ainsi. Ses actes sont en accord avec cette pensée.

La raison qui nous pousse à agir comme ça, trouve son explication il y a des milliers d'années. 

A l'époque, une seule structure composait le cerveau des êtres vivants, elle était la première et la seule structure composant le cerveau.

Cette zone était en charge des fonctions essentielles à la survie: manger, boire, se reproduire, développer son statut social, acquérir des informations sur son environnement ou encore chercher les comportements les plus économes en énergie.

A chaque fois que les êtres vivants réalisaient une de ses actions, leur cerveau envoyait de la dopamine (molécule provoquant la sensation de plaisir) dans leur corps.

Un circuit de la récompense s'est donc créé. 


Pendant des millénaires l'être humain s'est consacré à consommer tout ce qu'il trouvait au plus vite pour survivre et pour ressentir encore plus de plaisir, sans prévoir un seul instant le futur.

Par la suite, une autre zone, plus jeune, s'est développée dans notre cerveau.

Grâce à elle, il est devenu possible de privilégier l’avenir à long terme.

L'homme a pu apprendre à planifier, à différer dans le temps.

C'est pourquoi aujourd'hui nous pouvons choisir entre la gratification immédiate et les gratifications plus éloignées dans le temps mais plus durables et plus saines pour nous.

Seulement à l'échelle du temps, les êtres humains ont passé plus de temps à chercher la gratification immédiate, qu'à planifier et différer l'obtention de leur récompense.

Les connexions neuronales sont plus fréquentes, le chemin est plus gros et mieux connu. C'est pourquoi nous choisissons plus facilement de regarder notre téléphone plutôt que de faire nos comptes. Le plaisir immédiat l'emporte sur le comportement le plus raisonnable.

Ce phénomène est poussé au maximum dans notre vie moderne parce que la grande majorité des gens (c'est à nuancer bien sûr) ne lutte pas pour manger, boire, se reproduire.

En plus nous sommes exposés à d'innombrables sources de plaisirs faciles et immédiats (Netflix, Uber eats, Youtube, Amazon, Tinder et j'en passe ). 

Succomber à la gratification immédiate n'a jamais été aussi facile.

Voilà pourquoi, ne vous blâmez pas d'agir ainsi. Vous êtes programmés pour le faire.

Histoire d'enfoncer encore plus profondément le clou, l'homme fuit tout ce qui lui est désagréable. C'est également dans sa nature. 

Il veut à tout prix éviter de souffrir.

Les pensées désagréables sont mises sous le tapis, les émotions désagréables sont vite enfouies sous les plaisirs immédiats (gourmandise, jeu, boisson, shopping...).

L'homme moderne, refuse un principe simple et sans appel:

Dans la vie il nous arrive 50% de bonnes choses et 50% de choses moins agréables (la palette allant du petits désagréments à la souffrance intolérable). 

Nous avons tellement peur de cette deuxième catégorie que nous ferions tout pour ne pas avoir à l'affronter.

Nous y mettons une énergie folle au risque d'avoir des comportements nocifs pour nous.

Refuser de vivre une émotion négative ne l'a jamais faite disparaître, au contraire.

Refuser de vivre une expérience difficile, ne l'a jamais empêchée de se produire.

Mais nous y croyons quand même, poussés par la pensée magique que peut-être

«ça va marcher !».

Si je fais semblant de ne pas voir l'éléphant qu'il y a dans mon salon, peut-être qu'il va le sentir et partir de lui-même.

Ben voyons ! Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d'alu.

Cette pensée est immature mais humaine.

Nous agissons tous comme cela, plus ou moins souvent.

C'est ainsi que notre cerveau fonctionne.

Il préfère les plaisirs immédiats, refuse la peur, la souffrance et les contraintes.

Accepter cet état de fait vous fera gagner un temps précieux et vous permettra de mettre vos forces au bon endroit pour gagner votre bataille sur la peur de changer.

Pour lutter efficacement contre votre peur, pour dédramatiser le fait que oui vous avez du mal à changer et à devenir celle que vous voulez être, il vous faut accepter que parfois/ souvent vous vous décevez ou que vous décevez les autres. 

Mais vous ne le faites pas exprès.

Vous ne vous levez pas un matin avec l'idée qu'aujourd'hui vous allez vous décevoir en repoussant encore votre action à changer. 

Au moment de vous y mettre, vous décidez de la remplacer par d'autres occupations plus ou moins urgentes.

Là vous cédez à la gratification immédiate.

La récompense rapide prévaut sur celle à long terme.

C'est plus fort que vous. 

Acceptez-le.

Accepter que vous êtes faillibles, que vous n'êtes pas parfaits, que vous devez lâcher prise.

Lâcher-prise ce mot est à la mode je le sais bien mais c'est parce qu'il est la réponse à bien des maux de notre époque.

Lâcher prise c'est accepter de regarder une situation d'un autre point de vue en renonçant à tout contrôler. Non ce n'est pas du laxisme ou de l'abandon.

Lâcher prise c'est accepter ses limites.

En tant qu'être humain vous agissez parfois au mieux parfois non.

Vous le faites souvent avec la meilleure volonté du monde et c'est pour cela que vous ne devez pas vous en vouloir.

Ne pas s'en vouloir ce n'est pas refuser de changer mais juste être bienveillant avec soi, les fois où on rate. 

Traitez-vous avec douceur et amour.

C'est peut-être gnan-gnan dit comme ça, mais nous sommes souvent notre propre bourreau. Lâcher prise c'est se voir avec plus de bonté.

Vous le faites déjà avec vos enfants, vos amis, votre famille.

Pourquoi ne pas essayer avec vous ?

Est-ce que vous diriez à votre meilleure amie «Quoi mais t'es vraiment trop nulle, tu as préféré regarder un épisode de «The good place» après le boulot plutôt que de ranger ton salon ? Mais tu devrais avoir honte, quelle immaturité!».

NON , je pense que vous seriez plus à l'écoute de pourquoi elle a agi comme ça, je pense que vous la comprendriez et la rassureriez.

Et bien faites de même avec vous.

Soyez indulgente et compréhensive. 

Accepter de lâcher-prise. 

Si vous résistez vous vous faites du mal, donc vous accentuez votre culpabilité.

Vous êtes dans une spirale négative.

Si au contraire vous acceptez ce qui est, vous vous acceptez par la même occasion.

C'est une spirale positive.

Avec cet état d'esprit vous pourrez reprendre les commandes de votre vie et enfin être alignée avec vous-même. 

Virginie

J'ai créé ce blog pour vous aider à changer. Vous méritez d'avoir la vie que vous vous voulez et je veux vous y aider.

  • Clarisse dit :

    Un article bien éclairant sur nos comportements d’être humain. Cela me rassure : je ne suis pas obligée d’être superwoman mais simplement une personne qui avance en faisant de son mieux.
    Merci Virginie.
    Clarisse

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >